Entrepreneurs : tout savoir sur le crowdfunding

Si les entreprises ont plusieurs moyens pour se financer à leur disposition, l’un d’entre eux n’a de cesse de séduire et de faire parler de lui : il s’agit du crowdfunding, ou financement participatif. En quoi cela consiste réellement et cette méthode n’a-t-elle que des avantages ? Nous vous proposons ici quelques éléments de réponse pour que rien ne vous échappe sur cette tendance.

Le crowdfunding : qu’est-ce que c’est et comment ça fonctionne ?

En quelques mots, le crowdfunding met simplement en relation, via internet, des investisseurs potentiels avec des entrepreneurs ou des porteurs de projets. Plus précisément, le financement participatif intéresse donc aussi bien des entrepreneurs qui souhaitent financer leur projet sans pour autant avoir recours à la banque, et des investisseurs qui souhaitent accéder à la réalisation d’un projet auquel ils adhèrent.

Concrètement, et en schématisant grossièrement, l’entrepreneur a juste à poster son projet sur une plateforme de financement participatif, en décrivant au mieux son idée et en la rendant la plus attractive possible, et il n’a plus qu’à espérer attirer l’attention des internautes qui décideront (ou non) de financer. La plupart du temps, le porteur de projet fixe un objectif à atteindre, ainsi qu’une date limite. Si l’objectif n’est pas atteint avant la date butoir, le projet n’est pas financé et les investisseurs récupèrent leurs bien. À noter également qu’il est tout à fait possible que l’objectif initial soit au contraire dépassé et aille au-delà des espérances de l’entrepreneur.

Il est également bon de savoir que le crowdfunding s’adresse à n’importe qui, et pas seulement aux entrepreneurs. C’est tout à fait valable dans le cadre de la réalisation d’un film ou d’un documentaire par exemple, ou pour mettre au point une invention révolutionnaire.

Comment les investisseurs y trouvent-ils leur compte ?

Il existe plusieurs types d’apports pour les investisseurs, et les plus répandus sont les suivants :

  • Une contre-partie : le porteur de projet n’offre pas de contre-partie financière, mais plutôt quelque chose lié à son projet, comme des goodies ou des invitations spéciales. Plus l’investissement est important, plus la contre-partie l’est également.
  • Une participation aux fonds propres de la société : dans ce cas, il est question d’une contre-partie financière, et l’investisseur est rémunéré soit sur les dividendes, soit sur la revente de ses titres.

Le financement participatif : bonne ou mauvaise option ?

Le crowdfunding propose clairement de nombreux avantages pour les entrepreneurs. Cela permet notamment d’élargir son champ de vision en matière d’investisseurs, de toucher plus de monde et de ne pas forcément se limiter aux Business Angels. De plus, le financement participatif ne laisse aucune place à un éventuel intermédiaire, tout se passe donc entre les investisseurs et les porteurs de projets (hormis, bien entendu, la plateforme qui fait le relais entre les deux). Les versements sont bien entendu sécurisés et, si le projet fonctionne vraiment bien, sa réputation et sa croissance peuvent être sujettes à une belle accélération.

Bien sûr, tout n’est pas rose, et il faut savoir que rendre un projet séduisant pour tous les internautes demande notamment du temps, et que rien ne garantit un succès. De plus, il s’agit de dévoiler clairement son projet, et donc de faire part de la plupart de ses idées au plus grand nombre, ce qui ne met pas forcément tous les entrepreneurs à l’aise. Sans oublier que, de la même manière qu’un projet peut rapidement décoller si l’objectif est atteint, en cas d’échec, cela peut aussi nuire à la réputation du projet.

À propos d’Ezbeez

EZBEEZ est la start-up qui révolutionne le monde de la fiche de paie, afin de permettre à toutes les TPE et PME d’économiser de l’argent et de gagner du temps. Besoin d’une solution paie ? Rejoignez les plus de 1200 sociétés conquises !